Pourquoi les écoles de commerce multiplient-elles leurs campus ?

ESSCA : de nouvelles formations MSc pour la rentrée 2016
25 avril 2016
Comment réussir les oraux des Grandes écoles ?
13 mai 2016

Pourquoi les écoles de commerce multiplient-elles leurs campus ?

Female Students Walking Outdoors On University Campus

Afin de déployer leur programme grande école, les business school n’hésitent plus à multiplier les campus, en France, mais aussi à l’étranger. Quels sont les avantages pour les étudiants ?

Plus de possibilités pour les étudiants

Quel est le point commun entre Néoma, Skema et l’INSEEC ? Toutes ces grandes écoles ont ces dernières années choisi de se développer sur divers campus à travers la France, une façon asseoir leur renommée, de proposer davantage de programmes et d’attirer les étudiants de tout l’hexagone.

En effet, les élèves qui suivent un cursus dans une grande école ont désormais souvent la possibilité d’effectuer une spécialisation, un semestre ou d’étoffer leur réseau en poursuivant leur programme sur un autre campus que celui sur lequel ils ont démarré. Les étudiants de l’INSEEC ont ainsi le choix entre Paris, Bordeaux, Lyon ou Chambéry, ceux de l’EM Normandie entre Caen, le Havre et bientôt Paris, ceux de l’ICN entre Paris et Toulouse…

C’est en tout cas la possibilité qu’offrent certaines business school comme l’INSEEC, Néoma, Kedge et l’EDHEC, assurant au passage que le niveau d’un campus à l’autre est le même : « C’est une seule et même école avec quatre campus, mais un seul et même concours d‘entrée et un seul et même diplôme à la sortie » explique ainsi Jacques Chaniol, directeur de l’INSEEC BS. D’ailleurs, les examens ont lieu de manière simultanée sur tous les sites.

Des expériences multiples

Changer de campus en cours de scolarité s’accompagne forcément de nouvelles expériences. Les ambiances ne sont pas les mêmes de ville en ville, chaque campus a son identité, sa façon d’intégrer les nouveaux élèves, ses associations.

La directrice des  admissions du programme grande école et de l’année prémaster de l’EDHEC explique par exemple : « On a essayé d’avoir une identité commune à travers la construction du bâtiment, les amphis, la signalétique, mais l’environnement est différents, et donc l’expérience étudiants un peu aussi ».

Enfin, les élèves qui changent de sites durant leur cursus se donnent plus de chances de trouver facilement du travail une fois le diplôme en poche. Partir, c’est forcément rencontrer de nouvelles personnes, se forger un solide réseau à travers la France ou dans le monde. Si le diplôme ne dépend pas de la ville dans laquelle il a été obtenu, il est certain que la mobilité permet d’acquérir davantage d’ouverture !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.